Le triangle de Dalí

La Costa Brava surréaliste : Le théâtre-musée à Figueres, Dalí's maison à Portlligat & Gala's château à Puból

0
24
Dalí by Robert Whitaker
Dalí by Robert Whitaker

À propos de Dalí & Gala

Salvador Dalí : Génie, homme excentrique et surtout l’un des plus grands représentants de l’art surréaliste est encore aujourd’hui une légende. Né à Figueres en 1904 et mort là-bas en 1989, il fut l’un des artistes les plus célèbres du XXe siècle. Ancré dans la pittoresque Costa Brava, il a été inspiré dans son art par la nature accidenté, la mer Méditerranée et le ciel de sa côte natale dessiné par le vent Tramontana. Nous avons découvert le grand triangle de Dalí pour vous !

Port Lligat, Surrealisme, Costa Brava
Maison d’habitation de Dalí & Gala à Port Lligat – sur la côte accidenté de Catalogne

Il est apparu très tôt que Dalí pouvait et voulait attirer beaucoup d’attention. La folie souvent extravertie pourrait aussi pas mal se vendre. Déjà enfant, on dit qu’il avait eu des particularités telles que des rêves éveillés, des mensonges et des accès de rage. L’artiste fou et, ou ingénieux, quel que soit votre point de vue, disait souvent :

« Si on veut intéresser, il faut provoquer! »

Robert Whitaker Salvador Dalí
« Crazy Faces », photographié par Robert Whitaker – exposé dans le théâtre-musée Dalí jusqu’à le 31 du décembre 2019!

Les études et l’éducation de Dalí

Dalí étudie la peinture, la sculpture et les arts graphiques : à partir de 1922 à „l’Academia San Fernando » de Madrid, où il rencontre Luis Buñuel. Avec lui, il écrivit plus tard des scénarios pour des courts métrages surréalistes et scandaleux tels que « Un chien andalous » en 1929 et « L’Âge d’Or » un an après. Mais l’amitié des deux artistes a échoué avec le travail commun. En 1926, Dalí fut expulsé de l’académie de Madrid pour refus de passer des examen. Il a évalué ses professeurs incapables de l’enseigner ou même de le juger.

Salvador Dalí by Robert Whitaker, Paris
Dalí aimait choquer, provoquer et tirer au-delà de la réalité…
Galerie de photos de Robert Whitaker, actuellement exposée à Figueres !

A Paris: Dalí fait la connaissance des grands surréalistes & Gala

A cette époque, il fait deux voyages à Paris et rencontre des artistes à succès comme Pablo Picasso, qu’il admire toute sa vie. En 1929, Dalí rejoint un groupe de surréalistes à Paris, dont Joan Miró, Max Ernst, Man Ray et Paul Éluard. L’épouse d’Éluard, l’immigrante russe Helena – appelée Gala – et Dalí, 10 ans plus jeune qu’elle, sont tombés tout à coup amoureux l’un de l’autre. Ils se sont mariés après le divorce de Gala avec Éluard en 1934 et sont devenus des compagnons pour tout au long de leur vie. Gala a organisé les expositions de Dalí et lui a donné une nouvelle orientation, lui a transmis la réalité et a été désormais son inspiration et sa muse. Un jour, Dalí a dit la phrase suivante :

« J’aime Gala plus que ma mère, plus que mon père, plus que Picasso et même plus que l’argent. »

L’année du mariage, le groupe communiste parisien des surréalistes reproche à Dalí d’être un fasciste. Dalí se défend, ne croyant ni à la révolution communiste ni à la révolution nationale-socialiste. En 1939, il y eut la rupture définitive entre les surréalistes parisiens et Dalí.

la Costa Brava surréaliste, le grand triangle de Dalí, Canon, Fotoréalisme
Affiche publicitaire de Dal’i pour Canon, exposée au Théâtre-Musée à Figueres

Dalí jongle entre le surréalisme, l’impressionnisme, le classicisme et la grande peinture d’histoire. Il maîtrisait parfaitement son métier, même le photoréalisme faisait partie de son programme. Il a été chargé de créer une affiche publicitaire pour le fabricant japonais d’appareils photo Canon. Dalí a peint le portrait d’une femme pour Canon de manière si photoréaliste qu’il aurait également pu être une photographie.

Plus tard dans la vie de Dalí & Gala

À partir des années 1960, Dalí et Gala ont commencé à vivre leur vie séparément. Dalí a célébré des fêtes et des bals avec pleins des jeunes autour de lui et rencontré Amanda Lear, qui a été son modèle pendant de nombreuses années. Pendant ce temps, Gala a eu des aventures amoureuses avec des hommes plus jeunes. En 1969, Dalí achète à Púbol un vieux château qu’il avait restauré pour Gala et équipé de son nouvel art „kitsch ». Gala y habitait alors et Dalí n’était autorisé à lui rendre visite que sur rendez-vous convenu.

En 1982, sa Gala bien-aimée mourut , après quoi il fit un grand deuil. Il refusa de manger et vécut seul dans le château de sa femme décédée à partir de ce moment-là. A Púbol, il crée son dernier tableau en 1983 : « La queue d’aronde“. Au début des années 80, Dalí tombe malade de Parkinson et meurt d’une insuffisance cardiaque en 1989. Il a été enterré dans la crypte sous la coupole en verre de son propre musée de théâtre à Figueres, où des visiteurs du monde entier visitent aujourd’hui sa tombe.

Le grand triangle de Dalí

Musée Dalí au Théâtre de Figueres

Le théâtre municipal de Figueres, construit en 1850 par Roca i Bros, a été détruit en 1939 pendant la guerre civile espagnole. En 1961, alors qu’il cherchait un lieu d’exposition, Dalí achète le vieux théâtre, où il était autorisé à exposer pour la première fois à l’âge de 14 ans. Outre le maire de Figueres, Dalí était soutenu par le gouvernement espagnol qui, à partir de 1970, a fourni des fonds pour la reconstruction de la ruine. En 1974, le théâtre a été rouvert sous le nom de Théâtre-Musée Dalí et est aujourd’hui symbole de Figueres et l’un des musées les plus visités du pays. Les grands œufs qui ornent le toit du musée symbolisaient l’espoir et l’amour pour Dalí.

Théâtre-Musée Dalí, Figueres, catalogne
Le Théâtre-Musée Dalí au jour : La fameuse coupole en verre, les oeufs typiques et la façade bizarre du musée à Figueres

La Costa Brava surréaliste

« Je voudrais que mon musée devienne un grand objet surréaliste dans lequel les gens ont l’impression d’avoir un rêve théâtral »

Si vous y êtes, n’oubliez pas de visiter le vieux théâtre ! Le meilleur temps est au mois d’août, lorsque le musée est ouvert la nuit. Et il était initialement conçu pour la nuit – tout simplement spectaculaire ! Dans la cour semi-circulaire, l’imposante coupole de verre brille en bleu cristal sous le ciel noir de la nuit. De nombreuses sculptures y sont exposées, qui sont habilement enluminées.

La visite de l’ancien théâtre est absolument fascinante ! Son talent artistique lui a permi de dessiner ses tableaux dans différents styles : abstrait, photoréaliste ou vieux maître.

Bien sûr, on reconnaît aussi dans ses œuvres d’art la relation étroite avec le paysage accidenté de la Costa Brava. Sur l’œuvre de 1931, « La permanence de la mémoire », on reconnaît quatre montres de poche fondantes qui sont disposées devant les rochers escarpés du Cap de Creus.

Exposition temporaire à Figueres de Robert Whitaker

Dans la dernière salle de la grande exposition, nous regardons la seule partie qui n’est pas installée en permanence : une galerie pleine de photographies de Salvador Dalí lui-même. Outre sa moustache distinctive, ses vêtements extravagants et son charisme personnel sont également frappants. Dalí & Gala savaient exactement à quel point il était différent et comment il pouvait l’utiliser pour sa carrière. Il a dit un jour :

« Chaque matin, quand je me réveille, j’éprouve le plaisir sublime d’être Salvador Dalí. Alors je me demande avec étonnement ce que ce Dalí va encore faire aujourd’hui. »

Enfin, avec un film avec de vrais extraits de la vie de Dalí, il y a un verre de champagne sur la terrasse du toît du musée.

Galerie de photos au Théâtre-Musée Dalí à Figueres : du 31 mai 2018 au 31 décembre 2019, de nombreux portraits de Dalí – réalisés par le photographe anglais Robert Whitaker – seront exposés temporairement ! Les photos ont été prises entre 1967 et 1972 à Portlligat & Paris. Une exposition actuelle, qui en vaut la peine !

Notre conseil: Dalí-Bijoux

Je ne savais pas que Dalí avait aussi conçu des bijoux. L’unique musée de la bijouterie de Dalí, situé à côté, est à ne pas manquer. Filigrane, magnifique, unique : pour en tomber amoureux ! Dans la boutique du musée, vous avez la possibilité d’acheter des souvenirs de toutes sortes. Une soirée fabuleuse avec 1000 impressions – ce ne sera pas ma dernière visite…

Maison d’habitation et studio de Dalí – à Portlligat

La maison blanche et nichée où Dalí vivait avec sa femme Gala et se consacrait à son art, se compose de sept anciennes cabanes de pêcheurs. Il possède d’innombrables escaliers, revêtu sur mesure d’un linteau coloré ! De toutes les pièces de la maison, vous profitez d’une vue à la mer et sur la petite baie de Portlligat, où les bateaux de pêche colorés balancent encore aujourd’hui.

le grand triangle de Dalí, La Costa Brava surréaliste, Port Lligat
Vue dur la baie de Port Lligat et la maison blanche de Gala & Dalí

Intérieur sensationnel à Portlligat !

La maison est follement mise en scène: colorée, décorée et mise en scène. On a l’impression d’être tout proche de Dalí. Et non sans raison : je découvre toutes sortes d’objets absurdes, bizarres et intimes, comme un gros ours polaire empaillé à l’entrée. Dalí y a créé son propre univers. Il a dit une fois :

« un jour, il faudra admettre officiellement que ce que nous avons appelé la réalité est une illusion plus grande que le monde des rêves. »

Gala ornait les armoires de toute la maison de fleurs séchées : elle adorait son parfum.
A côté de l’intérieur de la maison avec une grande chambre à coucher, un énorme chevalet pour monter et descendre, le jardin de l’unique couple m’impressionnait aussi ! Des murs blanchis à la chaux, des oliviers et des fleurs en pastel me donnaient la douce sensation de rêver.

La mystérieuse Gala : Plus qu’une muse

Gala Éluard Dalí a grandi à la fin du XIXe siècle dans une famille russe, très religieuse à Moscou. C’était une femme gracieuse, mais avec son regard sombre et son visage sérieux et méfiant, elle n’était en aucun cas une beauté classique. Elle est considérée comme l’une des muses les plus célèbres du 20ème siècle. Gala rayonne d’élégance et d’excentricité dans d’innombrables tableaux et photographies.

Le mythe de l’art et l’amour

Aujourd’hui encore, elle est entourée d’un mythe : qui était derrière la grande et mince femme ? Qu’est-ce qui lui a donné un si grand pouvoir sur les hommes du XXe siècle ? On dirait qu’elle vivait pour l’art et l’amour. Mais pourquoi n’a—t-elle jamais peinte elle-même et n’a-t-elle jamais écrit, alors que cela semblait être sa grande passion ? Des milliers d’histoires tournent autour de son personnage, parce qu’elle préfère se mettre en scène plutôt que de raconter quelque chose sur elle-même.

Gala, surrealisme, triangle dalí
Vue du château Puból au-dessus de La Pera

Sa jeunesse & son temps à Paris

Lors de son premier mariage avec le poète parisien Paul Eluard, elle a eu une liaison avec le peintre allemand Max Ernst vers 1921. Tous deux appartenaient – comme Dalí – au groupe surréaliste de Paris. Gala a toujours été la plus grande inspiration de ses amants, a été adorée par les hommes, et a utilisé sa manière mystérieuse pour profiter de toutes sortes de plaisirs, d’argent, et surtout de la compagnie des génies. Dans la société des artistes parisiens du XXe siècle, elle se met en scène comme personne et elle est souvent la seule femme présente parmi de nombreux hommes. Certaines de ses pièces de haute couture, comme quelques-unes de Dior, peuvent encore être vues à Puból !

Gala, Dior, Puból
Quelques robes de Gala, exposé à Puból

La femme réaliste du surréaliste

Gala jugeait les gens autour d’elle à sa manière brutale en fonction de leur performance – on dirait qu’elle était la femme réaliste du surréaliste. Avec son sens pratique, elle a aidé à Dalí à devenir célèbre dans le monde entier !

« Il y a tant d’imbéciles qui font semblant d’être intelligents. Pourquoi un homme intelligent ne ferait-il pas semblant d’être idiot ? »

Gala a immédiatement reconnu le génie derrière son masque et a fait de Salvador Dalí et de son art le centre de sa vie. A partir de 1934, elle était l’épouse et femme d’affaires de Dalí – elle gérait ses expositions et vendait ses premiers tableaux à Paris. En bref, elle a rapidement et efficacement aidé Dalí à devenir célèbre.

Gala & Dalí, triangle Dalí , puból
Quelques photographies de Salvador & Gala: une énergie magique entre eux, connu comme amour.

De la gloire et de la richesse

Gala est décrite comme femme de fort charactère et obsédée par le pouvoir : beaucoup d’artistes, d’amants et surtout Dalí lui ont donné un statut de divinité. Quand même elle n’a jamais volé la vendette à son mari. En public, elle a presque ne pas se faire remarquer vêtu d’un simple costume Chanel sous les feux de la rampe à côté du Dalí. Peu à peu, ils ont construit ensemble leur une grande gloire et la grande richesse – vivant entre Paris, New York et Portlligat.

Portlligat, Dalí, Gala , Surréalisme
La maison à Portlligat, pas loin de Cadaqués

Le triangle de Dalí continue :
Le château de Púbol

Gala a pris une place importante dans la vie de l’artiste excentrique. C’est pourquoi, en 1969, Dalí lui a offert un propre château, qu’il lui avait promis depuis longtemps. Un lieu de retraite où elle a dès lors vécu sans lui. Pendant ce temps, Gala s’est amusée avec de jeunes amants, tandis qu’elle était représentée par Amanda Lear comme compagne et muse de Dalí. Salvador ne pouvait lui rendre visite au château que sur invitation écrite de sa part.

Puból, La Pera, Gala, Dalí
Coucher de soleil romantique à l’arrière du clocher du château

La Pera

Le château de Púbol est situé dans le petit village de La Pera près de Girona et comme musée, il donne encore l’impression d’avoir été enchanté par Gala. Púbol – plus splendidement attendu de ma part – est un château en pierre du 15ème siècle avec un clocher et une vue sur les forêts, les champs et le beau village de La Pera.

Le château plutôt simple est néanmoins très romantique et impressionne par l’art de Dalí. Par exemple, il y a une fantastique peinture de plafond qui décore le salon.

Le style exclusif des Dalí’s

La décoration intérieure a été déterminée par Gala : elle se caractérise par des lampes torches, des fleurs séchées et vous pouvez bien sûr trouver l’art de Dalí partout ! Une visite donne un aperçu de la vie glamour du couple. Dans le garage il se trouve un Cadillac bleu brillant.

Le jardin du château

Je tombe amoureuse du jardin sauvage de la propriété – et je m’y perd ! Les petits sentiers mènent à travers une végétation dense à des fontaines, des sculptures d’éléphants aux pattes d’araignées et aux pavillons cachés.

Château Puból Gala
La fontaine extraodinaire

La tombe de Gala

Dans une catacombe du château, il se trouve la tombe de Gala. A côté se trouve un deuxième tombeau – en fait Dalí et Gala auraient dû être enterrés l’un à côté de l’autre. Mais Dalí a été – comme on le raconte – peu avant sa mort, persuadé d’être enterré dans son théâtre à Figueres. Púbol vaut absolument la peine d’être visité. On y découvre la vie mystérieuse et glamour des Dalís et l’on ressent l’atmosphère surréaliste d’une époque révolue.

château Pubol Gala
La tombe de Gala dans une catacombe du château

Un immobilier unique : Juste à côté du château à La Pera

Ceux qui veulent sentir la magie du lieu et réaliser leurs propres visions – juste à côté de l’ancien château de Gala, il y a actuellement un charmant petit B&B à vendre !

La Pera, Puból, Gala, Salvador Dalí, Surrealismus, Costa Brava, Immobilien, B&B Spanien

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.